• head-foi

Tag Archives: lettre encyclique

Tantôt Blackberry, tantôt WikiLeaks

Le noir absorbe totalement la lumière sans rien en refléter. Le noir est secret, muet comme une tombe, fermé comme une huître. La grande vertu du Blackberry est de ne laisser couler aucune information en dehors de la communication autorisée. Le président américain a donc pu garder la petite plaque noire en toute sécurité.

Mais voilà qu’on crie gare dans certains pays : « La sécurité nationale et la morale sont menacées. » On s’apprête à en restreindre l’usage aux citoyens pour se prémunir contre d’éventuels terroristes et pornographes.

45647879Le Blackberry serait trop étanche pour l’émir. Ne faudrait pas le munir d’un dispositif de fuite contrôlée pour mettre la main au collet des cyber-malfrats, ou du moins, laisser planer le doute qu’ils seront épinglés? C’est un BerryLeaks qu’on exige, en quelque sorte! (voir le Courrier international)

Par ailleurs, pour le Pentagone, c’en est trop avec WikiLeaks qui coule trop de dossiers confidentiels. Là aussi, on craint pour la sécurité. On réclame le colmatage de la fuite, tout en menaçant  de représailles le fondateur du site WikiLeaks. Vivement un BlackWiki! (voir Le point)

Tantôt, nous sommes pour le secret bien gardé, tantôt pour l’information coulée, le secret gardé à plusieurs. Alors, quand nous faut-il être Blackberry … ou WikiLeaks?

La vérité sans l’amour déshumanise toujours.

« L’amour dans la vérité  est un grand défi pour l’Église dans un monde sur la voie d’une mondialisation progressive et généralisée. Le risque de notre époque réside dans le fait qu’à l’interdépendance déjà réelle entre les hommes et les peuples, ne corresponde pas l’interaction éthique des consciences et des intelligences dont le fruit devrait être l’émergence d’un développement vraiment humain. » (Lettre encyclique Caritas in veritate, de Benoît XVI, no 9)

Pour en savoir plus sur le Pape Benoît XVI…

Comme je n’ai jamais participé à un « blogue », je vais sûrement être maladroite pour cette première chronique. Je sais qu’il faut que je parle en terme de « je », que mon texte soit intéressant, qu’il inspire les lecteurs et amorce un dialogue. Mais je ne sais pas vraiment comment m’y prendre !!! Je me lance quand même.

Pour cette initiation, j’ai décidé de vous parler des parutions de notre pasteur à tous, le pape Benoît XVI. En 2009, il a beaucoup publié mais la bibliothèque n’a acheté que trois titres.

Le premier de ces livres a été publié en mars dernier aux éditions Tempora. Il a pour titre « Conversation avec Benoît XVI ». Voici un extrait du dos de la jaquette :

« Cet ouvrage sélectionne les extraits les plus percutants des rencontres de Benoît XVI avec des catholiques, prêtres, religieux ou laïcs. Un livre qui rassemble les questions que nous, chrétiens ordinaires, aurions voulus poser au successeur de saint Pierre. »

Ces confidences portent sur différents sujets comme la souffrance, les défis de la foi, la Bible, l’Église, le mariage, le clergé, etc. Les sources y sont mentionnées et les textes sont assez courts pour permettre une réponse claire et une synthèse de la pensée du pape sur le sujet abordé.

Puis en juin, notre pape a signé une lettre encyclique sur le développement humain intégral dans la charité et dans la vérité : « Caritas in veritate ». Cette encyclique parle de l’amour dans la vérité. Le pape invite à la réflexion.

Caritas in Veritate « approfondit la réflexion ecclésiale sur une question sociale capitale pour l’humanité, en particulier si on en réfère à ce qu’écrivait Paul VI en 1967 dans l’Encyclique Populorum Progressio ». Le nouveau texte ne prétend pas apporter de solutions pratiques aux grands problèmes sociaux de notre monde mais veut rappeler les principes fondamentaux d’un véritable développement humain. C’est pourquoi il porte son attention sur la vie de l’homme, élément de tout véritable progrès, sur le respect de la liberté religieuse et une vision prométhéenne de l’homme, considéré comme simple artifice de son propre destin ». (Benoît XVI)

Le pape nous entretient de mondialisation, d’écologie, de fraternité. Cette encyclique présente certains aspects du développement durable dans le respect de la dignité de l’homme. Voici un extrait de la présentation du cardinal André Vingt-Trois que vous retrouverez sur Internet:

« Ce message d’espérance est le suivant : l’humanité a la mission et les moyens de maîtriser le monde dans lequel nous vivons. Non seulement elle n’est pas soumise à une fatalité, mais encore elle peut transformer ce monde en agissant sur les événements et faire progresser la justice et l’amour dans les relations humaines, y compris dans le domaine social et économique, et même dans une période de crise comme celle que nous connaissons. »

Finalement, je vous suggère une présentation et des commentaires du Collège des Bernardins sous la direction de Mgr Jérôme Beau : « L’Amour dans la vérité ». Ce volume, en plus du texte de l’encyclique, renferme un guide de lecture, plusieurs commentaires et diverses réactions qui vous aiderons sûrement à comprendre l’enseignement social de l’Église vue par Benoît XVI . Voici un court extrait de la présentation de Mgr Beau :

« En ouvrant cette lettre encyclique sur la Doctrine sociale de l’église, Benoît XVI met l’homme comme source et sommet de sa réflexion sur le développement. Celui-ci ne pourra jamais se résumer aux questions économiques mais devra rejoindre celui de l’homme en son intégralité. L’humanité puise dans son désir d’aimer sa force et son engagement dans la vie de la société. C’est par sa capacit d’aimer que se construisent ses relations familiales et d’amitiés. Le développement intégral de la personne humaine doit donc prendre en compte cette réalité de l’homme qui, pour être au service de la liberté, doit s’allier à la vérité. »

Voici donc mes trois suggestions de lecture. Vous trouverez ces titres à la bibliothèque du diocèse ou dans toute bonne librairie religieuse. J’inclus à la fin du texte des lectures complémentaires. J’attends vos réactions ou d’autres titres pour aller plus loin. A la prochaine.

À lire pour en savoir plus:

Johanne Lefebvre