• head-foi

Tag Archives: débats

Dieu a-t-il vraiment créé le mal ?

C’est la deuxième fois que je vis un moment d’une aussi grande intensité dans une rencontre de catéchèse sur le sujet de Dieu. La première fois, c’était il y a 10 ans avec un groupe d’ados de 14-17 ans qui cheminait vers la confirmation. La deuxième fois, c’était mercredi dernier avec un groupe de 50 jeunes adultes entre 20 et 35 ans qui font route aussi vers la confirmation de leur foi. Les jeunes m’ont amenée, les deux fois, à redevenir chercheur de Dieu, avec eux, et à aller creuser jusqu’aux fondements de ma foi.

Lire la suite

Quand on a que l’amour

Vous reconnaissez sans doute le titre d’une chanson de Jacques Brel. Magnifique texte qui parle d’amour à s’offrir en partage, d’amour pour vivre nos promesses, sans nulle autre richesse, pour couvrir de soleil la laideur des faubourgs.

Et ça continue : quand on a que l’amour à s’offrir en prière, pour parler au canon, pour tracer un chemin et forcer le destin, alors sans avoir rien, nous aurons dans nos mains, amis, le monde entier.

 

Un article interpellant

En lien avec ces paroles riches de sens de Jacques Brel, « Quand on a que l’amour », c’est aussi un article très touchant paru dans la revue Terre Sainte de janvier-février 2015. À sa lecture, j’ai été vivement interpellée par les propos de l’auteur, le frère David Grenier, ofm.

Lire la suite

Quelle Bonne Nouvelle?

Paix-Imams

  • 1er janvier 2015 – On titre dans La Presse : « L’ebola deviendra-t-il la principale cause de mortalité sur la planète? » La présente épidémie a fait plus de 7500 victimes en Afrique depuis le printemps dernier. Ce virus n’a pas de médicament connu, du moins pas encore.
  • 3 janvier 2015 – « Indignités 55 ». Ils sont vieux, ils sont seuls, ils sont pauvres et malades. Leur vie est l’envers de la Liberté 55 promise. Chez bien des personnes âgées, la vieillesse est synonyme d’indignité…
  • 7 janvier 2015 – Une fusillade à Paris. Les locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo ont été visités par des hommes ayant des armes automatiques. On déplore au moins douze morts, dont deux policiers, et quatre dessinateurs. Huit autres personnes ont été gravement blessées. Une visite meurtrière visant la liberté d’expression par l’intimidation.

Nous restons toujours ébranlés par les mauvaises nouvelles : maladie, mort, solitude, pauvreté, intimidation, etc. Et dans un même souffle, comme chrétiens, nous sommes appelés à porter la Bonne Nouvelle de Jésus Christ au monde… Quelle Bonne Nouvelle? Qu’ai-je à dire de plus?

Lire la suite

Vers où marchons-nous?

Les manifestations qui se multiplient dans les rues de Montréal et un peu partout au Québec, témoignent d’un désir de marcher ensemble pour un bien commun. Malgré la nouvelle Loi 78 qui oblige les manifestants à donner leur itinéraire huit heures à l’avance, les marches n’ont pas cessé et ont même pris de l’ampleur. Itinéraires improvisés et bruits de casseroles s’y sont ajoutés.

En incluant, la marche du 22 avril pour le Jour de la terre, nous sentons bien que l’ordre social est ébranlé, que la conscience collective se réveille, grâce à ceux qui se lèvent et se mettent en marche. Je ne peux m’empêcher d’y reconnaître une certaine marche symbolique qui me révèle la destination de ces marches citoyennes. La marche du peuple du Passage, celle de Moïse avec le peuple hébreu. Le récit de l’Exode me révèle le sens et la direction d’un peuple qui se lève pour plus de justice. L’horizon qui l’attire est une promesse, une Terre Promise. Mais pour cela, il faut quitter un pays connu, que l’on ne veut plus habiter parce que devenu trop étroit pour notre dignité humaine.

La marche de tous ces manifestants symbolise un passage à vivre, qui prend racine dans un désir de libération. Vous vous rappelez Pharaon? Qui est-il aujourd’hui ce Pharaon dont nous voulons nous libérer? Quelques-uns répondraient vite fait qu’il s’agit de Jean Charest et de son gouvernement. D’autres s’empresseraient plutôt de pointer les étudiants que l’on a étiquetés d’« enfants rois ». Il est beaucoup trop facile de démoniser un des protagonistes de cette crise sociale. La révélation biblique nous rappelle combien l’être humain n’est ni ange, ni démon et que la vraie libération est à vivre d’abord dans le cœur de chacun. Si l’on n’est pas au clair avec les esclavages dont nous avons besoin d’être libérés, nous risquons fort de nous raccrocher au même veau d’or adoré dans le pays d’esclavage que l’on a pourtant voulu quitter. Ce Pharaon, adorant le veau d’or, n’est jamais bien loin. Il loge en nous, prêt à surgir dès que notre pouvoir et notre confort se trouvent menacés et que l’on risque de se retrouver du côté des perdants, car l’égo ne connaît que la loi du plus fort. Pour s’en libérer, il faut accepter de se mettre en marche vers cette autre part de nous-mêmes appelée à habiter un autre pays, que Jésus appelait le Royaume de Dieu et dont il disait qu’il est au milieu de nous. En effet, le Royaume de Dieu n’est pas à confondre avec un parti, un clan, ou un lieu. Il ne peut être vécu et discerner que du dedans, mais lorsqu’on y habite, nos choix et nos actions y puisent pour alimenter la solidarité humaine.

C’est donc à une marche intérieure que nous sommes conviés. Un chemin qui nous permet d’aller à la rencontre du meilleur de soi et de l’autre, là où l’Esprit nous donne rendez-vous, pour inventer ensemble un monde plus humain.

Plusieurs personnes m’inspirent actuellement dans ma recherche de discernement face au conflit social qui perdure. À la télé, sur web et les réseaux sociaux, les prises de parole se multiplient, nous invitant à sortir de l’indifférence. Je suis reconnaissante de pouvoir lire et entendre plusieurs personnes qui m’apparaissent comme de vrais prophètes de ce temps, cherchant à voir, du dedans, les chemins à emprunter, afin de retrouver le meilleur de nous-mêmes, comme personnes et comme communauté humaine.

Merci à tous ceux et celles qui ne désespèrent pas devant le défi social que nous avons à relever.
« Arrêtez pas d’espérer pis j’arrêterai pas ». Extrait de la vidéo
http://webtv.coop/video/22-avril-2012%252C-l%2526%2523039%253Bespoir/1fa55b108a3db651304e90f217eabe7a
Manifestation du Jour de la Terre
Une voix s’élève et se pose dans les événements des dernières semaines. Elle tente d’y trouver un sens, un chemin d’avenir et une perception de ce que peut être l’espoir.

Colette Beauchemin

Des sourires et des hommes

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui arriverait si tout le monde souriait pendant 24h ? Imaginez l’impact que cela aurait… Que de bonnes nouvelles au téléjournal, pas d’impatience dans le trafic le matin, de la sympathie pour tous! Finalement, parlons d’amour, car les deux sont intimement liés!

Ces deux éléments nous rattachent à la vie, car il nous donne l’espérance. L’espérance pour que les conditions aillent mieux qu’elles allaient. Comme chrétiens, ce sont ces valeurs fondamentales que le Christ nous enseigne. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Nous aimer mutuellement, d’égal à égal, peut commencer par un sourire à l’autre. Et ce qui est magnifique c’est que ces petits gestes guident doucement les humains vers la paix. Il y a tant de bonnes choses à sourire aux autres et à la vie si gracieusement offerte!

Finalement, je vous invite à porter attention au dernier mercredi d’avril qui se trouve à être la Journée nationale du sourire[1].

Et comme nous l’a souvent partagé Mgr Gendron depuis le début de l’année pastorale, partager la Bonne Nouvelle, l’heureuse nouvelle, ne peut se faire que par le sourire…

Céline Wakil