La solitude peut être accueillie comme un répit précieux dans une vie bien remplie et tourbillonnante. Mais pour ceux dont c’est le quotidien, jour après jour, mois après mois, sans qu’elle soit choisie, elle peut être une terrible souffrance, surtout quand elle survient alors même que nos capacités diminuent et qu’il devient plus difficile d’en sortir par nos propres moyens. La solitude et l’isolement sont des maux malheureusement en croissance dans toutes les couches de la société. La souffrance des aînés qui en sont victimes se déroule derrière des portes closes, en silence puisqu’il n’y a personne pour l’entendre, et si peu de porte-voix. Il est facile de l’ignorer dans le tourbillon des choses à faire. Mais notre solidarité nous interpelle autrement : et si c’était notre mère qui était ainsi laissée pour compte, sans possibilité de jaser quelques instants avec une personne signifiante, lui portant une réelle et sincère affection? Et si c’était vous?