Il n’est pas facile de parler de la famille aujourd’hui. Il y a, bien sûr, des familles heureuses, mais aussi des familles malheureuses. Il y a des familles prospères et des familles pauvres. La famille est pourtant une réalité merveilleuse et devrait idéalement offrir à tous les membres qui la composent une place de choix, un endroit où l’on se sent bien et dans lequel on est reconnu comme personne dans toute sa richesse. Ce qui fait la beauté d’une famille, ce sont les valeurs qu’elle porte et surtout l’amour qui s’en dégage.

Dans le Livre des Proverbes que l’on retrouve dans l’Ancien Testament, chapitre 15 versets 17, il est écrit : «Mieux vaut un plat de légumes préparé avec amour qu’une viande savoureuse assaisonnée de haine

Je suis toujours émerveillé lorsque j’entends des personnes me parler de leur enfance en me disant comment ils ont été choyés de grandir dans une famille unie. D’autres n’ont malheureusement pas eu cette chance, ce qui leur cause, bien souvent, des blessures qui sont grandes et profondes.

Ma mère est issue d’une famille de 17 enfants, elle était le bébé de la famille. L’amour a toujours été au centre du noyau familial; il y avait même une place de libre à la table pour accueillir celui qui venait frapper à la porte. Pour la fête de Noël, elle recevait une orange en cadeau. Aujourd’hui face à cette pauvreté apparente, nous pourrions nous demander comment ont-ils fait pour être heureux? Mon père, au contraire, a vécu son enfance à la dure, dans un climat de haine et de méchanceté. Il en a souffert. Heureusement, l’amour peut tout transformer. Dans ma famille, grâce à ma mère, qui a aimé et qui a été aimée, même si tout n’était pas parfait, j’ai pu grandir dans un cadre familial bon et réconfortant.

C’est le milieu familial qui nous tisse dans le bon ou dans le mauvais sens. Il y a certainement des familles qui, actuellement, auraient besoin d’une présence amoureuse pour les soutenir face à toutes les difficultés et les épreuves qu’elles traversent. Une main tendue, un service offert, une parole réconfortante, un pardon accordé, un sourire lumineux, un cœur compatissant, tout cela serait comme un baume sur leurs blessures.

Dieu au cœur de la famille

La dimension spirituelle est selon moi tellement importante pour vivre une vie de famille riche. Alors, pourquoi ne pas demander à Dieu de renforcer nos liens d’amour? Le pape François nous dit que le secret d’une famille heureuse réside en trois mots tout simples : s’il-vous-plaît, merci et je m’excuse. C’est, en tout cas, une recette qui ne peut que parfaire l’amour. Le mot «s’il-vous-plaît» exige le respect, savoir demander et savoir attendre. «Merci» implique la reconnaissance envers tous les services rendus et la bonté qui en émane. Et «je m’excuse» est certainement un grand fruit de l’amour. Savoir reconnaître ses torts avant d’accuser les autres et vouloir réparer les blessures causées.

Je crois qu’au fond le plus grand besoin des familles est de découvrir l’importance de l’amour. Mais encore faut-il comprendre ce que veut dire aimer. Dans son exhortation apostolique «La joie de l’amour», le pape François nous indique au chapitre 4 avec clarté et justesse ce que veut dire aimer en vérité. Bien sûr, ce n’est pas toujours facile, mais cela est possible avec le secours de Dieu. Jésus a donné sa vie pour nous. Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même; c’est la seule recette d’un amour authentique et vrai.

En tant que membre d’une famille, donnez de l’amour et vous recevrez de l’amour. Que Dieu vous fasse découvrir la joie de vivre l’amour au quotidien dans chacune de vos familles.

C’est beau la famille!
Célébrons la Semaine québécoise des familles du 15 au 21 mai 2017

Sylvain Giraldeau
Service du mariage et de la famille au diocèse de Saint-Jean-Longueuil